Accueil Hôtel Restaurant Situation géographique Environnement Tarifs/Contacts
EnglishGermanItalianJapaneseSpanish
 
 

L'environnement


Les Tsingy de Bemaraha sont intégrés dans le massif du Bemaraha qui s'étend du sud du fleuve Manambolo jusqu'au nord de la ville d'Antsalova, sur quelque 120 km. par 40 km. de large.

Le massif est composé de roches calcaires d'origine marine déposées en couches superposées au rythme des transgressions et régressions marines entre -190 millions d'années et – 60 millions d'années.

Un soulèvement (à l'ouest de l'île de Madagascar) vers – 2 millions d'années a déporté la côte à une cinquantaine de km. et a soumis la zone sédimentaire à l'érosion produite par les pluies chargées d'acide carbonique.

Les couches dures ont ainsi été sculptées, produisant crêtes et aiguilles acérées sur le larges étendues. Les couches tendres qui les séparaient ont été emportées laissant des traits de découpe horizontale, ou des effondrements.

De plus, les mouvements tectoniques toujours associés à l'action érosive des pluies ont engendré de profondes fissures verticales (diaclases) qui quadrillent le massif sur des profondeurs atteignant 70 m.

Le résultat de ces processus à donné naissance au paysage actuel grandiose, très spectaculaire, unique au monde par ses dimensions et sa qualité.

A l'intérieur de ce massif, les conditions quelque peu hostiles à l'égard des végétaux ont contraint ceux-ci à s'adapter par des systèmes radiculaires impressionnants qui s'insinuent dans les moindres fissures pour aller puiser l'eau au fond des diaclases. Aux étages supérieurs très secs s'est adaptée une flore xérophile.

Cette région inappropriée aux activités humaines et protégée par ses murs rocheux faisant office de coupe-feux est restée quasi intégralement préservée sur environ 20% de son étendue.

Elle abrite une végétation primaire et la faune qui s'y associe qui présentent un taux d'endémicité très élevé.

L'ensemble de ces caractéristiques ont motivé le classement de ce site au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Cette région rurale et encore pionnière contient des zones humides composées de rivières et de lacs entourés de forêts encore assez bien préservées jusqu'aux abords de la côte du Canal de Mozambique.

La variété des milieux y permet l'observation de nombreux animaux de la faune malgache, en particulier de l'avifaune. Les lémuriens, reptiles, et autres animaux de l'Ouest malgache sont aussi à découvrir.